Louis Blanc m'a dit... Agrandir l'image

Louis Blanc m'a dit...

De Benoit CHARRUAUD (Auteur)

ISBN-13 : 9782355081385

Neuf

Reprenant la pensée de Louis Blanc sur les conséquences de la concurrence et de l'économie de marché, ce livre propose une alternative de réflexion sur la vie économique et politique contemporaine.

Plus de détails

18,50 € TTC

Commander en ligne :
Fnac Chapitre Amazon Decitre Librairie

Fiche technique

Nombre de pages222

En savoir plus

Reprenant la pensée de Louis Blanc sur les conséquences de la concurrence et de l'économie de marché, ce livre propose une alternative de réflexion sur la vie économique et politique contemporaine. Il faut sortir de l'état de nature des relations économiques - dont le caractère archaïque, sauvage et immobilisant est clairement perceptibles aujourd'hui pour les entrepreneurs comme pour les employés - au nom d'un nouveau contrat social. La barbarie de la situation actuelle doit laisser place à un nouvel état de civilisation. Au nom d'une forme de « laïcité », d'indépendance et de neutralité de l'état (à savoir l'absence d'idéologie religieuse mais aussi économique), il ne s'agit aucunement d'interdire le fonctionnement concurrentiel de l'industrie mais plutôt de permettre aux citoyens de faire un choix de vie libre : soit l'organisation concurrentielle (individuelle), soit l'organisation associative (fraternelle), soit le service public (commun). Chaque univers économique ayant sa philosophie de fonctionnement propre qu'il s'agit d'assumer jusqu'au bout. Les citoyens doivent néanmoins avoir la possibilité de passer de l'un à l'autre. Ce choix symbolise la Liberté. Il est fondamental et c'est à l'État démocratiquement constitué de le permettre. « Benoît Charruaud est docteur en droit. Il a soutenu une thèse qui porte sur la pensée politique, institutionnelle et juridique de Louis Blanc intitulée « Louis Blanc, La République au service du socialisme - Droit au travail et perception démocratique de l'Etat ». Ce travail a d'ailleurs été récompensé par le prix de la meilleure thèse 2008 de la faculté de droit de l'Université Robert Schuman de Strasbourg et par une mention spéciale du jury du prix de thèse 2008 de l'Assemblée nationale. »